Le merchandising : un nouveau-né de la société de consommation ?

Tout d’abord, comment définir ce qu’est une »société de consommation »

Le terme « consommer » est couramment associé à des images : celle d’une société d’abondance, celle du caddie du supermarché plein à déborder, celle de la facilité d’acheter tout de suite, sans limite, pour payer plus tard.

On vous dit et on vous répète qu’il faut profiter au maximum. Le consommateur type profite des soldes, des remises autorisées par ses cartes de crédit, des prix en baisse…La consommation devient un plaisir. Ce n’est plus le moyen de satisfaire ses besoins mais plutôt de se différencier.

Si on demande autour de nous ce que c’est que la société de consommation, les gens pointeront du doigt la publicité, les affiches sur les murs, les logos sur les vitrines.

Quel est le moyen premier d’intégration des jeunes ? L’utilisation de l’uniforme vestimentaire, l’usage des marques célèbres et reconnues. La marque permet le marquage social des populations, elle est le signe de l’individu bien intégré socialement. Porter l’uniforme d’un consommateur, c’est immédiatement pouvoir s’intégrer dans la société de consommation.

La société de consommation, c’est aussi la société d’apprentissage de la consommation, de dressage social à la consommation. Le bon consommateur, c’est le consommateur frustré. Et il est important qu’il le reste. Les gens heureux ne consomment pas. Il faut donc attiser l’insatisfaction. Il y a toujours une nouveauté qui démode ce que vous venez d’acheter.

Fun morality : consommer, c’est vivre perpétuellement la tête dans les nuages, le sourire béat de la publicité sur les lèvres. Et surtout, ne jamais, au grand jamais, se poser de questions.

Mais comment a-t-on transformé un «art» inné, acte naturel et simple, en technique élaborée ?

Le merchandising au départ aide à vendre plus. Il vous fait penser aux produits oubliés, vous fait faire 3 fois le tour du magasin pour passer devant tous les rayons et positionne les produits que nous voulons vous vendre plus à hauteur des yeux… Les règles n’ont pas changées mais la réflexion oui. Nous ne parlons plus de vendre plus mais de vendre mieux.

Pourquoi ce changement ? Le consommateur passe de moins en moins de temps à faire ses courses. Quand nous travaillons sur une implantation de produits, nous cherchons à optimiser un rayon : aider le consommateur et faciliter la vie du magasin. Vous devez trouver ce que vous cherchez facilement (les produits les plus recherchés et donc vendus sont à hauteur des yeux) et le magasin doit pouvoir le mettre en place facilement.

Ex : l’espace dédié des eaux en magasin. Historiquement, nous rentrions dans les magasins par la droite. Les linéaires d’eaux étaient toujours au fonds des magasins parce que, toujours sur votre liste de courses, vous traversiez le magasin pour prendre l’eau. Donc vendre plus…

Cependant, la problématique consommateur est de placer l’eau au fonds de son caddie pour ne pas écraser les autres produits. La problématique du magasin ne change pas : que vous pensiez à acheter l’eau, mais aussi que ce soit facile à mettre en place.

L’alternative ? Créer une entrée à gauche pour que vous puissiez positionner les packs d’eaux au fonds du caddie… Ou déplacer le linéaire sur l’allée du fonds du magasin juste après le textile pour que vous y pensiez en arrivant dans l’alimentaire. Et la problématique du magasin ? Près des murs, il y a des espaces de stockage suffisant pour que les rayons soient remplis… Donc vendre mieux.

Cependant, selon les points de vues (magasins ou clients, chefs de rayon ou merchandiseurs), on peut donner plusieurs significations à « vendre mieux » ? Au final, on peut se demander si le merchandising a une éthique ? Sujet du prochain article…

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Patrick B. dit :

    Fun!! Du coup, je me permets:

    BonConsommateur (n.m.) – être frustré, vivant perpétuellement la tête dans les nuages, le sourire béat de la publicité sur les lèvres, ne se posant jamais de questions.

    synonyme: acheteurcompulsif, cerveauàtempsdisponible
    antonyme: moi

    exemple: « nous avons de bonconsommateurs, panier moyen et chiffre d’affaire sont en croissance »

    ::

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s